REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - tableau, La Procession de Lille en 1789 | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
P 896

Domaine: 
Auteur(s): 
WATTEAU François (peintre)
Titre: 
La Procession de Lille en 1789

Dénomination: 
tableau
Statut de l'oeuvre: 
Lieux création, exécution: 
Date de création ou d'exécution: 
1800
Précision sur la création ou l'exécution: 
19e siècle (1er quart)
1800
1801

Techniques et matériaux: 
peinture à l'huile sur toile

Dimensions: 
Hauteur en cm : : 119,5
Longueur en cm : : 180

Description: 
Vue de la Grande Procession de Lille en 1789; entre chaque élément figurent :
- la Grand'Garde (construite en 1717 par T.J. Gombert) agrémentée alors de 2 escaliers perpendiculaires à la façade. Entre les marches s'ouvrent :
- les Boucheries Saint Nicolas : les carcasses s'entassent dans l'entrée de gauche.
- un édicule public où se pressent les gens; après le débouché de la rue Neuve, la vue plonge rue du Palais Rihour sur la façade de l'Hôtel de Ville.
Ensuite s'étend, face à l'observateur, supposé être à l'étage de la Bourse, un magnifique rang de maisons de type lillois aux rythmes verticaux de pierre blanche et de briques roses, ornées de guirlandes et d'angelots.
- La rue de Tenremonde, étroite, marque le début de la rue Esquermoise où débouche la rue Saint Etienne.
-La maison du Soleil d'Or (tout à fait à droite), et les suivantes , cachent le pied de l'église Saint - Etienne, une des plus anciennes de Lille qui s'ouvrait sur la rue Esquermoise et occupait tout l'îlot jusqu'à la rue des prêtres (rue Lepelletier).
L'ouverture de la rue Nationale, à la fin du siècle dernier, a fait disparaitre les maisons de droite du rang situé face à nous ainsi que la rue Tenremonde.

L'importance du cortège, nous est donné par la mise en scène choisie par l'artiste. Il débouche de la rue Neuve, tourne à gauche vers l'Hôtel de Ville contourné pour aboutir rue des Jésuites (rue de l'Hôpital Militaire), de là il traverse la place de l'Arsenal et rejoint la rue Esquermoise par la rue des Bouchers (la rue Thiers était alors occupée par le canal des Poissonceaux). La procession effectue ensuite le tour de la Grand 'Place où apparait la tête du cortège.

L'ordonnancement du cortège répond à des règles précises. Le défilé s'ouvre avec les représentants des corporations, au nombre de cinquante-six, symbolisées chacune par une torche portée par des hérauts, vêtus de rouge et arborant les armes de Lille. Depuis la tête du cortège, trente-cinq corporations sont identifiables (fripiers, archers, vanniers, potiers de terre, potiers de cuivre, charrons, chapeliers, miroitiers, potiers d'étain, brodeurs passementiers, tailleurs, tanneurs, charpentiers, menuisiers, couvreurs, forgerons, maçons, tisserands hautelissiers, tapissiers, bottiers, selliers boureliers, armuriers, orfèvres, quincaillers, teinturiers, mégissiers, marchand de gibiers, poissonniers, bouchers, vaisseliers, pelletiers, ciriers, fruitiers, boulangers, sayetteurs).
Les professions s'étaient organisées de façon stricte en associations, appelées également métiers ou corps de stil. Ces corporations avaient pour but de limiter la concurrence en édictant des réglements pour la fabrication, et le maintient de la qualité des produits.Les confréries placées sous le patronnage d'un saint, établissaient des liens religieux entre les membres d'une même profession.

Fidèle à son habitude du détail léger, François Watteau ne manque pas de s'attarder sur un porteur saisi d'un malaise. A quelques mètres, une buvette improvisée offre ses rafraîchissements, à laquelle ne prêtent aucune attention un groupe de quatre chiens.

La" musique" de la garnison avec en premier le tambour-Major encadré de deux sapeurs, suit les corporations. Le canon modèle "Gribeauval" qui leur succède est escorté par un détachement des Canonniers sédentaires de Lille. Viennent les représentants des clergés réguliers et séculiers. Avant la Révolution, il y avait à Lille, outre les curés,des sept paroisses, les religieux et religieuses attachées au service de la collégiale Saint Pierre, à trente-cinq établissements charitables et d'une quinzaine de couvents. Ils présentaient à la procession quelque cinquante-huit fiertes, statues ou chars.

Les troupes de la garnison installées au devant de la Grand'Garde, font une haie d'honneur.

Propos d'un voyageur inconnu à propos de la grande procession au XVIIIe siècle " je vis passer des saints et des saintes plus assurément qu'il ne s'en trouve dans les litanies des Rogations. Messieurs les savetiers se distinguèrent par les soins qu'ils eurent d'étaler les apanages de leur vénérable profession et afin qu'on ne les confondît pas avec les cordonniers, ils firent admirer à l'assistance ce que la savaterie a jamais possédé de plus antique."
Le patriotisme citadin a besoin de signes et de lieux de mémoire fédérateurs et identitaires: la fête et le spectacle jouent ce rôle et le culte de lND de la teille comble ce vide. La vénération des reliquies conservées à St Pierre entraina la création d'une confrérie en 1254, puis d'une procession( en 1270) solennelle réunissant dans une même ferveur tous le représentants des corps de la société lilloise.En 1634, sous l'impulsion du père Vincart, le mayeur Jean le Vaseur et le Mgistrat lille est consacrée à Notre dame e la treile.

Inscriptions: 
signature
date
Précisions sur les inscriptions: 
Français, b.d., Signature et daté en bas à droite sur la cuve., F. Watteau f.an 9

Bibliographie: 
MABILLE de Poncheville, Louis et François Watteau
Paris 1928, p.78 et p.107 (Cat. N°5)
GOUSE, Musée de Lille(...) Ec. Fr., in G.B.A, 1974
(cf. P.146)
CHON, Promenades lilloises, Lille, 1888
cf. P.818
MABILLE de Poncheville, Les Watteau de Lille
Gazette des Beaux Arts, 1926, P.229
RICHEBE P., La procession de Lille au 18è siècle
Lille, Imprimerie D.Prévost 1892.
CHATELET A., Cent chefs-d'oeuvre (...), N°72
(Cf. P.160)
HOUDOY J., Etudes artistiques, Paris, 1877
(Cf. P.109)

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :