REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions

N° d'inventaire: 
P 852

Domaine: 
Auteur(s): 
anonyme
Titre: 
Saint Jean-Baptiste

Statut de l'oeuvre: 
Lieux création, exécution: 
Précision sur la création ou l'exécution: 
XVIe siècle, 1er quart

Techniques et matériaux: 
Peinture à l'huile sur bois

Dimensions: 
H. cm : 127,5
L. cm : 47,5
Hauteur avec cadre en cm : 139
Largeur avec cadre en cm : 59
Epaisseur avec cadre en cm. : 5

Description: 
Debout, vêtu de la peau de mouton traditionnelle et d'un manteau rouge qu'il laisse retomber, il montre du doigt l'agneau mystique, dont l'image est fixée à la croix qu'il tient de l'autre main. Fond d'or.

Date d'acquisition: 
1886
Ancienne(s) appartenance(s): 
VANDERWYNCK, Don en 1886

Inscriptions: 
annotation
Précisions sur les inscriptions: 
à préciser, Inscription: "ECCE AGNUS DEI ECCE QUI TOLIT"

Commentaire: 
Saint Jean-Baptiste, vêtu d’une peau de bête et d’un ample drapé rouge bordé de vert, tient de la main gauche une croix autour de laquelle s’enroule un phylactère portant l’inscription : « Ecce Agnus Dei ecce qui tollit », tandis que de la main droite, il désigne l’Agneau peint sur un médaillon. Le visage tourné vers la gauche est particulièrement buriné, les yeux profondément creusés, les rides du front marquées, la lèvre supérieure légèrement entrouverte laissant apparaître la dentition. La position du saint, en pied et de trois-quarts, laisse supposer qu’il formait le volet latéral gauche d’un polyptyque aujourd’hui démembré. Cette peinture d’un réalisme très expressionniste, a été attribuée successivement à l’école lombarde ou vénitienne de la fin du XVe siècle (Zeri, 1994), à l’école de Bergame du début du XVIe siècle (Natale, 2000) puis à Giovanni Barbagelata, peintre génois actif à la fin du XVe siècle (Galli, 2002). C’est par comparaison avec le Saint Jean-Baptiste du polyptyque de l’église San Sebastiano à Nembro que Mauro Natale a rapproché le panneau de Lille de l’atelier des Marinoni, peintres à Bergame dans le premier quart du XVIe siècle, rapprochement confirmé par Chiara Paratico (Paratico, 2008) qui, réfutant les précédentes attributions, donne le panneau à Giovanni Marinoni et propose de le regrouper avec un Saint Laurent (Stuttgart, Staatsgalerie) dans un même polyptyque démembré dont la provenance pourrait être l’ancien couvent franciscain de Romacolo di Endenna. [Françoise Baligand, 2010]

Exposition(s): 
Bibliographie: 
Herlin Aug., 1884
Herlin, Supplément au catalogue de M. Ed. Reynart : Tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de peinture de la Ville de Lille. Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, Août 1884. notice n°1052
Lenglart J., 1893
Catalogue des tableaux du musée de Lille, Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, 1893, notice n°1057 page 353 (école florentine XVIe siècle)
Brejon de Lavergnée A. et De Wambrechies A, 1999
Musée des Beaux Arts de Lille - Catalogue Sommaire Illustré des Peintures - I - Ecoles Etrangères - p.163 - repr.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :