REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - Le Christ au tombeau | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
P 790

Domaine: 
Auteur(s): 
MARCHESI da Cotignola Girolamo
Titre: 
Le Christ au tombeau

Statut de l'oeuvre: 
Ancienne(s) attributions(s): 
ZAGANELLI Francesco
Lieux création, exécution: 
Date de création ou d'exécution: 
16th century
Précision sur la création ou l'exécution: 
XVIe siècle
XVIe siècle, 1ère moitié

Techniques et matériaux: 
Peinture à l'huile sur bois

Dimensions: 
H. cm : 75
L. cm : 152
Hauteur avec cadre en cm : 107
Largeur avec cadre en cm : 189

Mode d'acquisition: 
Date d'acquisition: 
1893
Propriété(s): 
propriété de la commune Lille
Ancienne(s) appartenance(s): 
MACIET, Don en 1893

Commentaire: 
Cette peinture formait la lunette d’un retable dont la partie centrale a aujourd’hui disparu. Le Christ mort est assis sur un parapet, le corps légèrement affaissé, soutenu par Nicodème et Joseph d’Arimathie qui tient dans la main le vase renfermant la myrrhe et l’aloès utilisés pour embaumer le corps du défunt. Marie Madeleine soulève le poignet du Christ pour lui baiser la main. Les quatre personnages qui se détachent sur un fond uni noir débordent du cadre de la scène. La composition est harmonieusement rythmée par la diagonale du corps du Christ qui rompt l’effet de symétrie des autres personnages. La figure courbée de Marie Madeleine épouse le cadre de la scène et répond à celle du Christ. Le volume sculptural est accusé par un éclairage puissant et un dessin incisif qui cerne les formes. Le coloris vif et éclatant est dominé par les verts et les rouges qui se répondent, inversés, dans les vêtements de Nicodème et de Marie Madeleine. Longtemps attribuée à Francesco Zaganelli, cette oeuvre a été restituée à Girolamo Marchesi (De Marchi, 1994), attribution acceptée aujourd’hui par l’ensemble des historiens (Donati, 2007 ; Zama, 2007). Daté de la seconde décennie du XVIe siècle quand Marchesi travaillait pour les Sforza à Pesaro, cette lunette montre un rapport évident avec celle peinte par Giovanni Bellini pour le grand autel de l’église San Francesco à Pesaro (aujourd’hui, Rome, Vatican) dont Marchesi s’était déjà inspiré dans le Christ au tombeau de Budapest (Szépmuvészeti Muzeum). Pour Zama, certains caractères sont des signes distinctifs de l’artiste comme les drapés qui s’enroulent en forme de boutonnières ou encore la disposition des figures vues systématiquement de profil, de face et de trois quart. [Françoise Baligand, 2010]

Bibliographie: 
Lenglart, deuxième suppl. (1896) du cat. de 1893
n°1122 (école florentine XVe siècle)
Berenson, 1968
Italian Pictures of the Renaissance ; Central italian et North italian schools, (vol. 1), Londres 1968, page 452 (Francesco Zaganelli)
Oursel H, 1984
"Le Musée des beaux-arts de Lille", Paris, ed.Dessain et Tolra, 1984. page 40, vign. n°9 page 219
Brejon de Lavergnée A. et De Wambrechies A, 1999
Musée des Beaux Arts de Lille - Catalogue Sommaire Illustré des Peintures - I - Ecoles Etrangères - p.156 - repr.
Le Palais des Beaux-arts de Lillle, 2006
"Le Palais des Beaux-Arts, Lille", Musées et Monuments de France et la Fondation BNP Paribas, 2006, page 30.
Donati, A., 2007
" Girolamo Marchesi da Cotignola ", San Marino, 2007, notice n° 29 , pages 146-147, repr. page 70.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :