REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions

N° d'inventaire: 
P 778

Domaine: 
Auteur(s): 
FRANCESCO di Gentile da Fabriano
Titre: 
Saint Sébastien

Statut de l'oeuvre: 
Ancienne(s) attributions(s): 
GENTILE di Niccolo di Giovanni di Masio
BORGOGNONE Ambrogio di Stefano
Lieux création, exécution: 
Date de création ou d'exécution: 
15th century
Précision sur la création ou l'exécution: 
XVe siècle
XVIe siècle

Techniques et matériaux: 
Peinture à l'huile sur bois

Dimensions: 
H. cm : 33
L. cm : 27
Hauteur avec cadre en cm : 53,5
Largeur avec cadre en cm : 47
Epaisseur avec cadre en cm. : 5,5

Description: 
Entièrement nu, la tête nimbée, il est lié à un arbre et percé de flèches.

Date d'acquisition: 
1875
Ancienne(s) appartenance(s): 
ANONYME, Acquis en 1875

Commentaire: 
Saint Sébastien est figuré en buste, de face, le corps transpercé de flèches. Conformément à l’iconographie du XVe siècle, il apparaît sous les traits d’un jeune éphèbe dénudé. Eliminant tout détail descriptif, l’artiste s’est concentré sur la description du saint qui se détache sur un fond sombre uni. La musculature puissante du jeune martyr est modelée par une lumière dorée qui lui confère un rendu sculptural. Le coloris se limite à une gamme restreinte de beiges et de gris subtilement rehaussée de rose sur les lèvres et les plaies. Le seul parti pris décoratif se limite à la chevelure dont chacune des boucles est rehaussée d’un léger filet d’or. Le regard tourné vers la gauche, la bouche légèrement entrouverte, le saint semble insensible à la douleur. La vision frontale n’est pas sans évoquer Mantegna ce qui justifiait sa première attribution lors de son entrée au musée, ou encore Giovanni Bellini à qui a ensuite été donné le tableau. C’est à Berenson (Berenson, 1932) que l’on doit l’attribution à Francesco di Gentile da Fabriano, peut-être le fils de Gentile da Fabriano. Cette attribution est aujourd’hui remise en question et les historiens de l’art s’accordent pour donner cette œuvre à l’école lombarde. La première référence à la peinture lombarde est de toute évidence le Christ à la colonne de Bramante (Milan, Brera) bien que l’anatomie du Christ y soit plus naturaliste et plus expressive. Certains détails du Sébastien comme les lèvres entrouvertes laissant apparaître les dents ou le traitement de la chevelure en boucles enroulées se retrouvent chez Bramante dans la série des Hommes célèbres de la Casa Panigarola. C’est donc à la suite de Bramante vers les années 1480 que l’on peut situer cette peinture d’une exceptionnelle qualité. Le nom de Civerchio a été avancé par Keith Christiansen (2009). Pour Andrea de Marchi (2009), l’artiste se situe entre Bramante et Bernardo Zenale, mais avec une force psychologique supérieure à celle de Zenale même lorsque ce dernier se rapproche le plus de Bramante dans les fresques de la Chartreuse de Pavie, ce qui laisserait envisager la possibilité d’une œuvre de jeunesse de Bramante lui-même. BERENSON Bernard, Italian pictures of the Renaissance, Oxford, 1932. [Françoise Baligand, 2010]

Mots-clés musée: 
Bibliographie: 
Reynart Ed., 1875
Reynart Ed., Catalogue des tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée des tableaux de la ville de Lille, Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, 1875, 5e édition, notice n°763 page 257 (supplément au catalogue)
Herlin Aug., 1884
Herlin, Supplément au catalogue de M. Ed. Reynart : Tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de peinture de la Ville de Lille. Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, Août 1884, notice n°766 page 269
Lenglart J., 1893
Catalogue des tableaux du musée de Lille, Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, 1893, notice n°1092 page 362 (Venise XVIe siècle)
Benoit F., 1909
"La peinture au musée de Lille ", Paris, Hachette, 1909, tome III, notice n° 190 pages 523- 524, repr. ( gravure de Paul Dujardin ) Pl. 153.
Gavelle E., Turpin P., 1920
Cent tableaux du musée de Lille, Lille, Raoust Leleu sans date [1920] notice n°1092 page 8
Oursel H, 1984
"Le Musée des beaux-arts de Lille", Paris, ed.Dessain et Tolra, 1984. page 39, vign. n°8 page 219
Brejon de Lavergnée A. et De Wambrechies A, 1999
Musée des Beaux Arts de Lille - Catalogue Sommaire Illustré des Peintures - I - Ecoles Etrangères - p.154 - repr.
Le Palais des Beaux-arts de Lillle, 2006
"Le Palais des Beaux-Arts, Lille", Musées et Monuments de France et la Fondation BNP Paribas, 2006, pages 28 à 30.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :