REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - épingle | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
2012-DEL057

Dénomination: 
épingle
Appellation: 
épingle à vêtement

Statut de l'oeuvre: 
Date de création ou d'exécution: 
6th century
Lieu de découverte: 
Date de découverte: 
1885
Méthode(s) de découverte: 
fouilles
Précisions sur la découverte: 
Objets provenant du « cimetière des remparts » à Vermand, fouillée vers 1885.

Techniques et matériaux: 
argent (doré)

Dimensions: 
20 cm / 2,6 cm / 0,4 cm

Description: 
épingles en argent doré dont l’une avec ses pendeloques

Dépôt: 
Dépôt : Communauté d’Agglomération du Douaisis
Mode d'acquisition: 
Date d'acquisition: 
1990
Propriété(s): 
propriété de la commune Douai
Ancienne(s) appartenance(s): 
DELVINCOURT Eugène ; FLORIN

Commentaire: 
Les deux épingles en argent doré, l’une avec ses pendeloques, notées respectivement BD et BE ont pu être identifiées sur la publication suivante :
Jules Pilloy, « Les cimetières de Vermand du quatrième siècle. étude d’archéologie romano-barbare »,dans Études sur d’anciens lieux de sépulture dans l’Aisne, tome deuxième, Saint-Quentin – Paris, Triqueneaux-Devienne - Lechevallier, 1895., p. 76 – 348, 21 pl.
Il s’agit d’objets provenant du « cimetière des remparts » à Vermand, non loin de la célèbre tombe du « chef militaire ».
Elles sont sommairement décrites 252.
« Épingle à pendeloque figurée sur la planche 21, au n° 4. Elle s trouvait avec une autre en argent doré, mais toute simple, sur la tête d’une femme qui possédait le coffret à scènes bibliques dessiné planche 13. »

« Nous sommes ici tout proche du tombeau militaire… »
Le dessin soigneux de la planche 21 ne laisse aucun doute sur l’identification de cet objet, d’un type par ailleurs très rare.
Les tombes « militaires » de Vermand, fouillées pour la plupart dans des conditions désastreuses vers 1885, constituent un jalon extrêmement précieux pour la connaissance de la période de transition entre l’époque romaine tardive et la mise en place des nécropoles mérovingiennes. Beaucoup d’objets ont disparu et ne sont plus connus que par des dessins, d’autres sont dispersés dans diverses collections notamment au Metropolitan Museum de New York. Il apparaît désormais qu’ Eugène Delvincourt avait acquis de l’un des fouilleurs-pilleurs de Vermand (le plus actif fut Jean-Baptiste Lelaurain) du mobilier issu de ce site de référence.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :