LES PATCHWORKS ET COURTEPOINTES

QUILT ; © Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande
QUILT
Additional information
© Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande

PATCHWORKS, QUILTS ET COURTEPOINTES

Le patchwork est une technique qui consiste à assembler plusieurs morceaux de tissus de tailles, de formes et de couleurs différentes pour réaliser un ouvrage textile. Récemment reconnu comme un art et comme faisant partie du patrimoine culturel, il témoigne d’un savoir-faire traditionnel et de pratiques sociales.

La technique du patchwork a surtout été l’apanage des femmes. Il est resté cantonné à la sphère domestique contrairement au tissage ou au filage qui ont connu un développement industriel.

Cette technique peut être utilisée pour réaliser plusieurs types de pièces textiles comme les courtepointes, appelées quilts dans les pays anglo-saxons.

 

LE PATCHWORK : L’ART DE L’ASSEMBLAGE

Le terme patchwork provient de l’anglais to patch qui signifie « rapiécer », « raccommoder », « assembler ». Il désigne en France un tissu constitué d’un assemblage de morceaux d’étoffes. Il s’agit d’un travail de composition assez comparable à la mosaïque, au vitrail ou à la marqueterie. On peut différencier deux types de patchwork, ceux qui sont issus d’un « rapiéçage » au hasard des tissus récupérés et qui suppléent à un besoin et ceux dit « organisés » où l’intention esthétique prime sur la démarche de récupération.

Les formes géométriques fréquemment utilisées sont le carré, l’hexagone, le triangle, le losange ou encore le cercle. Certains patchworks présentent toutefois un aspect figuratif voire narratif. Le religieux et le symbolique sont également des thèmes très prisés selon les époques et les pays.

Dès le XVIIIe siècle, l’art du patchwork trouve sa pleine expression en Europe avec des motifs très colorés et des formes géométriques façonnés dans des étoffes de grande valeur avant d'émigrer aux États-Unis où il prendra au XIXe siècle une dimension tout à fait particulière en se tournant vers la récupération de tissus et leur assemblage.

 

LES COURTEPOINTES  

Une courtepointe est un type de couverture doublée, composée de deux épaisseurs de tissu enfermant un rembourrage de coton ou de duvet, piquée ou brodée. La courtepointe peut servir de couverture ou bien avoir un rôle décoratif quand elle est étendue au-dessus de celle-ci.

Pour fabriquer une courtepointe, plusieurs types de tissus et plusieurs techniques de couture peuvent être employés. Parmi les techniques possibles, la broderie, le matelassage mais aussi le patchwork.

 

LES QUILTS  

Le quilt est une tradition anglo-saxonne qui a été largement pratiquée par les femmes aux États-Unis. Pour ces femmes, il s’agissait de fabriquer des courtepointes destinées à se réchauffer -dans les climats froids- et à décorer  les intérieurs. Très souvent, le quilt est réalisé selon la technique du patchwork. Mais il peut exister des quilts sans assemblage préalable, simplement matelassés, appelés whole quilts. Le Royaume–Uni, les Pays-Bas et les États-Unis ont excellé dans cet art.

Les quilts, quand ils sont des patchworks, révèlent un témoignage précieux sur une société. En effet, les étoffes renseignent sur les goûts, les conditions sociales et l’imagination de ces femmes.

En 1971, une exposition de quilts anciens issus de la collection de Jonathan Holstein, « Abstract Design in American Quilts », s’est tenue au Whitney Museum of American Art de New York. Première exposition de quilts organisée dans un musée d'art renommé, elle suscite un intérêt nouveau pour le quilt, qui conquiert alors ses lettres de noblesse comme art populaire mais aussi comme objet artistique. Des recherches historiques aux États-Unis et en Angleterre ont depuis apporté des connaissances nouvelles sur les techniques et les usages de ces quilts.

En France, si l’exposition de la collection de Jonathan Holstein au musée des Arts décoratifs a été très appréciée, cela n’a pas déclenché le même engouement qu'aux États-Unis. Le manque de connaissance de la technique explique sûrement le peu de reconnaissance que le patchwork a connu en France. Le constat est le même pour le reste de l'Europe continentale.

 

LES PATCHWORKS, QUILTS ET COURTEPOINTES DANS LA COLLECTION

DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES BOUCLES DE LA SEINE NORMANDE

Le Parc possède un ensemble de courtepointes et de quilts datant du XVIIIe, du XIXe et du début du XXe siècle. Ils proviennent essentiellement de France et des États-Unis. Certains des quilts conservés dans la collection proviennent des communautés amish et se distinguent par leur qualité d'exécution. La plupart des patchworks et courtepointes possèdent un nom tel que "Jardin fleuri de grand-mère", "Échelle de Jacob" ou "Chaîne irlandaise" qui correspondent à des assemblages de motifs typiques.

 

 

courtepointe, "Chaîne Irlandaise"
courtepointe, "Chaîne Irlandaise" | courtepointe, "Chaîne Irlandaise"
courtepointe
courtepointe | courtepointe
couverture, "Jardin fleuri de grand-mère"
couverture, "Jardin fleuri de grand-mère" | couverture, "Jardin fleuri de grand-mère"