REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - Dunes | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
2011.9.1

Domaine: 
Auteur(s): 
TATTEGRAIN Francis
Titre: 
Dunes

Statut de l'oeuvre: 
Lieux création, exécution: 
Date de création ou d'exécution: 
1898 (?)
Techniques et matériaux: 
toile (peinture à l'huile)

Dimensions: 
Hauteur en cm 46
Largeur en cm 61

Mode d'acquisition: 
Date d'acquisition: 
2011
Inscriptions: 
signature
Précisions sur les inscriptions: 
F.TATTEGRAIN (en bas à gauche)

Commentaire: 
Pris d’une éminence, le paysage est limité à l’horizon par le cordon dunaire dont les échancrures laissent à peine entrevoir la baie d’Authie. Venant de la direction de Berck, trois vérotiers descendent par un chemin vers la mollière, zone inondable à végétation de garennes, par laquelle ils rejoindront le fond de la baie. L’angle de vue, très inhabituel même si l’on compare cette œuvre à celles de Charles Roussel et Jan Lavezzari, limite le ciel au tiers supérieur de la toile et fait clairement de cette étendue à la végétation parcimonieuse le sujet véritable de la toile. En pied de dune, au niveau des personnages, on distingue nettement le toit rouge de l’atelier de Francis Tattegrain, la seule construction existant dans cette zone. Comme le confirment les résultats des recherches menées dans les archives, la quasi-totalité des terrains visibles sur la toile sont bien la propriété foncière que le peintre a encore "arrondie" trois ans auparavant (1895). Outre le fait d’être pour l’heure la seule toile montrant l’emplacement précis de l’atelier du peintre en baie d’Authie, cette œuvre en décrit parfaitement l’environnement : "Mais son séjour de prédilection est à trois kilomètres, au pied de la dune, dans une vaste prairie qu’on appelle la Molière, inondée tout l’hiver et transformée l’été en un maigre pâturage". "Il s’est taillé là peu à peu un modeste domaine et y a construit en 1886, un atelier en planches goudronnées, recouvert en pannes rouges, machiné en vue de ses grandes toiles de plein air". Il est probable que c’est par le chemin, emprunté ici par le groupe de vérotiers, qu’"Il fallait le voir partir de chez lui, dès le matin, serré dans son tricot de marin, avec le pantalon de toile cachoutée, portant en sautoir la gibecière qui contient son repas de midi, et filant comme un chat maigre" pour gagner cet atelier où il passait le plus clair de son temps.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :