REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - La Descente de Croix | Espace WebMuséo Musenor

© RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda
© Photo Agence Giraudon
N° d'inventaire: 
P.46.1.15

Domaine: 
Auteur(s): 
RUBENS Pierre Paul (auteur ; peintre)
Titre: 
La Descente de Croix

Statut de l'oeuvre: 
Date de création ou d'exécution: 
entre 4th quarter 16th century et 2nd quarter 17th century
Précision sur la création ou l'exécution: 
16e siècle (4e quart) (Entre)
17e siècle (2e quart) (Et)

Techniques et matériaux: 
Huile sur toile

Dimensions: 
Hauteur en cm : 338.0
Largeur en cm : 194,2

Date d'acquisition: 
1865
Ancienne(s) appartenance(s): 
Eglise, Eglise Notre-Dame de la Chaussée, Valenciennes, Eglise aujourd'hui détruite ; Eglise, Eglise Saint-Géry, Valenciennes

Inscriptions: 
Numéro d'inventaire
Précisions sur les inscriptions: 
Au revers, A la peinture blanche sur la toile, M VAL / 46 1 15

Bibliographie: 
1828, Valenciennes, Académie de peinture.
salle n°8, n°9
1865, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°183
1876, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°186
1882, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°214
1888, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°214
1898, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°311
1909, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°238
1918, FEULNER, Das Bergunsmuseum in Valenciennes
p. 336
1923, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°238
1931, Valenciennes, Catalogue du Musée.
n°93, p. 58, repr. pl. XI, extrait: "Le bourreau, à cheval sur la traverse de la croix, se dispose à arracher le dernier clou. A droite, saint Jean, dans une robe rouge, monté sur une échelle, du côté opposé, le soutient au moyen d'un drap blanc. La Vierge, en robe bleue, tend les bras vers son fils."
1936, Rubens et son temps
Paris, musée de l'Orangerie, n°110, p.187
1998, Valenciennes, guide des collections
n°31, p. 42

extrait de l'ouvrage :

Le thème de la Descente de Croix apparaît d'emblée dans l'oeuvre de Rubens sous une forme accomplie et spectaculaire avec le célèbre panneau central du triptyque de la cathédrale d'Anvers (1611-1612). Rubens est alors, et pour longtemps, le plus grand artiste des Flandres et il introduit à Anvers le goût pour les grandes dépositions, monumentales et dramatiques, qui appartiennent à la tradition italienne. Comme dans les autres interprétations (Anvers, etc.), qui datent toutes des années 1610, celle de Valenciennes, sans doute exécutée vers 1614-1615, est remarquable par son caractère homogène et dynamique. Tout l'art du peintre est au service de la représentation d'un drame qui se meut en acte de foi : les puissants volumes des corps, les gestes, les regards qui prolongent de façon très significative les mouvements, tous expriment le pathétique et sont chargés de bouleverser le spectateur.
La composition volontairement dense et resserrée donne l'impression que certains corps vont sortir de la toile, comme celui du Christ, fortement penché en avant, ou celui de l'homme juché sur la Croix.
Dans chaque version du thème, Rubens renouvelle sa vision. Ici, c'est le geste de la Vierge, ouvrant largement les bras pour accueillir le corps du Christ, qui étonne presque par sa spontanéité. Le dialogue entre les deux corps, que pas même saint Jean ne saurait troubler, puisqu'il nous tourne le dos, est une grande invention de peintre. Ce couple constitue même l'élément central de l'oeuvre, sorte de préfiguration immédiate et saisissante du thème de la pietà.

Patrick Ramade
2013, Valenciennes, Guide des collections
p. 68, repr.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :