REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - Signe personnage X | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
2008.02.0005

Auteur(s): 
DEBRÉ Olivier
Titre: 
Signe personnage X

Statut de l'oeuvre: 
Lieux création, exécution: 
Date de création ou d'exécution: 
1990
Techniques et matériaux: 
papier vélin d'Arches (eau-forte et aquatinte)

Dimensions: 
largeur en mm 628
Hauteur en mm 910 (feuille)
largeur en mm 427
Hauteur en mm 725 (cuvette)

Mode d'acquisition: 
Date d'acquisition: 
2008
Inscriptions: 
annotation
date
cachet sec
Précisions sur les inscriptions: 
13/40 (Justifié en bas à gauche)
O. Debré (en bas à droite, crayon graphite)
ATELIER / LACOURIERE / PARIS (cachet sec en bas à gauche)

Commentaire: 
Olivier Debré (1920-1999)) rencontre Picasso au début des années 1940. Les visites répétées à l’atelier de ce dernier auront une influence décisive sur le jeune peintre. Il cherche désormais à exprimer son émotion sans passer par la représentation.
Signe de ferveur noir de1944 témoigne de son passage de la figuration à la non-figuration.
En 1949, a lieu la première exposition personnelle de l’artiste à la galerie Bing. Olivier Debré y rencontre plusieurs artistes tels Gérard Schneider, Deyrolle, Dewasne, Michel Atlan, Pierre Soulages et Hartung.
Porté par l’idée du signe comme représentation de la pensée, il peint la série des Signes personnages dans les années 1950.
Au tournant des années 1960, Olivier Debré revient au paysage. Il qualifie dès lors sa peinture d’abstraction fervente qu’il décrit comme « la seule forme possible de réalisme » car apte à transcrire l’émotion suscitée par la contemplation d’un paysage. Il peint le plus souvent en extérieur, « intégré au paysage » dont il révèle l’origine dans ses titres. Utilisant une matière plus transparente et plus fluide, sa palette chatoyante revendique une sensibilité parcourue par les flux de l’émotion.
Ces gravures font partie d’une importante série de 36 planches à l’eau-forte et aquatinte (avec quelques rehauts seulement à la pointe sèche), réalisée en 1990, sur une proposition de Robert Frélaut. A son habitude, Olivier Debré exécute ces grandes gravures comme autant de variations sur un thème. La série comporte en effet 31 Signes-personnages pour seulement 5 Signes-paysages. Olivier Debré débute la gravure dès 1945 : eaux-fortes en noir, lithographies en couleurs, sérigraphies ou pochoirs, ses estampes sont nombreuses et de technique variées. Beaucoup d’entre elles furent destinées à l’illustration et témoignent des rencontres de l’artiste avec écrivains et poètes. 470 œuvres sont référencées sur ces quarante six années de création graphique
Le signe, très campé sur ses bases dans la première planche s’anime, au cours de la série, d’apostrophes, de virgules, d’ondulations latérales ; il perd même parfois de son opacité pour se métamorphoser en réseau souple. Les Grands Signes-personnages, recourent cependant à de massifs aplats. Le corps y est conçu comme une architecture, souvent assez complexe, qui trône au sein d’un espace et joue avec lui. Monumentaux, les personnages sont des formes délimitées par le cadre, loin de la conception de l’infini de l’espace des paysages de Debré. Les Signe-personnage XIV et Signe-personnage X font appel à un réseau graphique pour ce qui semble être une variation sur le dos, ses mouvements, ses muscles et son énergie. Dans toute la série, Debré grave en peintre. Au lieu de gratter le vernis préalablement étalé sur le cuivre, il le dépose lui-même sur la plaque vierge, laissant en réserve les parties qu’il offrira à la morsure de l’acide. L’impulsion donnée à la brosse et la profondeur des encrages donnent du corps à ces figures vigoureuses. [Louise Grislain]

Mots-clés musée: 
Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :