REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
Accueil Collections Objet de la collection

Œuvre : Précisions - La Vierge, l'Enfant Jésus et le petit saint Jean- Baptiste | Espace WebMuséo Musenor

N° d'inventaire: 
P 906

Domaine: 
Auteur(s): 
BIAGIO d'Antonio
Titre: 
La Vierge, l'Enfant Jésus et le petit saint Jean- Baptiste

Statut de l'oeuvre: 
Lieux création, exécution: 
Précision sur la création ou l'exécution: 
XVe siècle, 4e quart

Techniques et matériaux: 
Peinture à l'huile sur bois

Dimensions: 
H. cm : 52
L. cm : 37
Hauteur avec cadre en cm : 94
Largeur avec cadre en cm : 61

Description: 
Dans une pièce avec un fenêtre romane donnant sur la campagne, Marie tient le petit Jésus que saint Jean regarde avec amour.

Mode d'acquisition: 
Date d'acquisition: 
1880
Propriété(s): 
propriété de la commune Lille
Ancienne(s) appartenance(s): 
BENOÎT Camille, Don en 1880

Commentaire: 
La Vierge est représentée de trois quart, l’Enfant assis sur ses genoux serre dans la main un oiseau, symbole de la Passion, à sa droite, saint Jean-Baptiste tient une croix de roseau qu’il présente au Christ. Au delà d’une baie à double arcature, s’étend un paysage vallonné où l’on voit les tours d’un château au bord d’un fleuve. La prémonition de la Passion du Christ est suggérée par la mélancolie qui se lit sur les trois visages. La mise en scène dans une pièce ouverte sur un paysage est un motif emprunté à la peinture nordique et commun à de nombreux artistes, que l’on retrouve chez Ghirlandaio et, plus tard, chez Léonard de Vinci. La fenêtre constitue une source de lumière qui baigne les trois figures d’une atmosphère douce et égale, modelant les formes par un clair-obscur léger. La composition est unifiée par le jeu des regards et par la figure du Christ inscrite dans un cercle auquel répond la courbe formée par l’auréole de la Vierge. La plasticité des figures, la saturation des couleurs sont autant de points communs avec les Vierges à l’Enfant réalisées par Bartolomeo di Giovanni à la même période et prouvent l’adhésion de Biagio aux œuvres contemporaines de Bartolomeo. Sensible au raffinement d’un Filippo Lippi et au dessin d’un Verrocchio, Biagio d’Antonio a adopté la plasticité et la souplesse des figures de Ghirlandaio qu’il conjugue avec une gamme de couleurs brillante et cristalline. L’attribution à Biagio d’Antonio est aujourd’hui reconnue par l’ensemble de la critique. L’œuvre peut être datée du début des années 1490, quelques années après sa collaboration avec Ghirlandaio en 1482 aux fresques de la chapelle Sixtine. [Françoise Baligand, 2010]

Bibliographie: 
Herlin Aug., 1884
Herlin, Supplément au catalogue de M. Ed. Reynart : Tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de peinture de la Ville de Lille. Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, Août 1884, notice n°926 page 326
Lenglart J., 1893
Catalogue des tableaux du musée de Lille, Lille : Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, 1893, notice n°998 page 337 (inconnu XVIe siècle)
Oursel H, 1984
"Le Musée des beaux-arts de Lille", Paris, ed.Dessain et Tolra, 1984. page 39
Brejon de Lavergnée A. et De Wambrechies A, 1999
Musée des Beaux Arts de Lille - Catalogue Sommaire Illustré des Peintures - I - Ecoles Etrangères - p.151 - repr.

Keywords
Add

- Proposer un nouveau mot-clé

Renseignez le champ ci-dessous pour nous proposer un nouveau mot-clé participatif Mot-clé proposé :