logo

Expositions virtuelles des Musées de la Région Centre

Voir le plan de l'exposition

La vie rurale dans le Cher - collections du musée du Berry, Bourges

Le maître sonneur sur les bords de la Creuse, Fernand Maillaud, 1902, 1903.21.1, musée du Berry, Bourges
Le maître sonneur sur les bords de la Creuse, Fernand Maillaud, 1902, 1903.21.1, musée du Berry, Bourges

A travers les collections du musé du Berry la vie quotidienne dans les campagnes berrichonnes au siècle dernier reprend vie. Les objets domestiques, le mobilier, les costumes, l'outillage agricole et artisanal témoignent du savoir-faire et des modes de vie dans hommes qui nous ont précédés.

Le mobilier

Le buffet – vaisselier
Le buffet-vaisselier, apparu dans l’ameublement français au XVIIe siècle, est un meuble de rangement et de présentation de la vaisselle familiale. Trônant au milieu de la pièce à vivre, il a un usage ostentatoire évident.
L'exemplaire à deux corps exposé au musée du Berry est originaire de Chavignol (Cher). Dans la partie vaisselier, les trois tablettes pourvues de butées et de barres d'appui servaient à la présentation des assiettes et des plats. La cave, située sur le buffet, en dessous du premier rayon, était le lieu de rangement des pièces de vaisselle volumineuses. Contrairement au vaisselier, le buffet reçoit un décor fait de moulures et de pilastres. Dans sa partie haute, la présence des deux tiroirs est habituelle dans le Haut-Berry. Dans sa partie basse, le buffet ouvert par deux vantaux permettait de ranger le reste de la vaisselle.

Le coffre plat
Le coffre apparaît au haut Moyen-âge et se diffuse dans toutes les classes de la société. Connaissant une certaine longévité, il est d’abord utilisé pour le rangement du linge, puis pour le stockage du grain. Le coffre de la région de Baugy (Cher), datant de 1801 est un travail de menuiserie en bois de chêne. Il comporte en façade des motifs gravés (rouelles, rinceau végétal), une entrée de serrure ajourée, trois traverses chantournées et deux pieds galbés. Les enquêtes ethnographiques menées dans le Berry entre 1940 et 1950 montrent la persistance de ce type de meuble jusqu'au milieu du XXe siècle.

La table et ses deux bancs
Ce modèle de longue table accompagnée de ses bancs se rencontrait dans les domaines de la Champagne Berrichonne où travaillait un personnel de ferme nombreux. Cet ensemble de facture simple et robuste en chêne a été réalisé en 1875. Elle et constituée d’un plateau soutenu par trois barres transversales encastrées dans un cadre reposant sur quatre pieds. Les trous à chaque extrémité de la table permettaient de casser plus facilement les noix (on parle ainsi de “table à bris de noix”), utilisées notamment pour la production d'huile. Le cintrage du plateau est un témoignage de son utilisation importante.

Le costume

Le tableau attribué à Aglaé de Ladicière, Jeune vielleur savoyard jouant devant une famille berrichonne (1840), présente un intérêt historique important concernant la connaissance du costume rural berrichon au milieu du XIXe siècle. Les vêtements représentés sont caractéristiques de ceux portés les jours de fête et les dimanches en Bas-Berry.
L’homme est vêtu d’un chapeau à très larges bords, d’une blouse bleue à manches amples (la biaude), comportant un empiècement sur les épaules et des fronces sur le devant. De son encolure, dépassent les cols d'une veste et d'une chemise.
Les quatre femmes portent des robes, des tabliers (devant ou devantier) dont un à bavette, et des fichus (unis ou bordé de motifs floraux et de franges) sur les épaules. La fileuse arbore un bonnet aux dimensions impressionnantes aux barbes relevées sur la tête. La femme âgée porte une coiffure similaire mais plus réduite, la jeune femme tenant l’enfant revêt un bonnet plus simple, à oreillons plissés. Enfin, la petite fille porte un béguin noir.

La limousine
La limousine (dont le nom a pour origine celui de la région Limousin) était portée par les hommes et surtout les bergers, au XIXe siècle, afin de se protéger des intempéries. Composée d’un assemblage de rectangles de tissu, souvent rayé, elle peut être une simple cape, à laquelle on joint souvent une pèlerine et parfois une capuche. Elle était portée dans tout le centre de la France, le Massif-Central et le sud-ouest.
Le peintre Fernand Maillaud, dans son tableau Le maître sonneur sur les bords de la Creuse, représente son personnage principal vêtu d’une limousine, jouant de la cornemuse.

La musique

La musique berrichonne traditionnelle est généralement calme et douce, ses chants traitent des sujets de la vie quotidienne rurale, le travail, l'amour, les guerres et les fêtes. Les ensembles de musique sont constitués de la vielle et de la cornemuse.

La vielle à roue
La vielle est un instrument à cordes frottées grâce à une roue entraînée par une manivelle. Les cordes sont raccourcies par des taquets nommés 'sautereaux' mis en action par les touches du clavier. Elle connaît une longue histoire qui débute au XXe siècle avec apparition de l’organistrum assigné à l’accompagnement les chants liturgiques. Au XIIIe siècle, l'instrument devient celui des musiciens ambulants et sa forme évolue pour ressembler à celui que nous connaissons aujourd'hui. A la fin du XVIIe siècle, la noblesse s'entiche de la vielle et la transforme en objet précieux et luxueux. A partir du XIXe siècle, des luthiers installés notamment dans le Bourbonnais (Allier), dans la vallée de la Sioule, et à Mirecourt, en Lorraine, diffusent leurs productions dans la France entière.
La vielle à roue du musée du Berry a été exécutée par Joseph Pajot dit « Pajot jeune » (1848-1926) installé dans le village Jenzat dans l’Allier. Il est le descendant d’une lignée de luthiers active à partir de 1795 jusqu’à la seconde guerre mondiale.

La cornemuse
La cornemuse est un instrument à anches. En France, elle est jouée dans les milieux populaires à partir du Moyen Age. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle est également adoptée par l’élite sociale. La famille des cornemuses présente de nombreuses déclinaisons. Les instruments en usage dans le Centre de la France sont dits “ à trois voix ” car ils comprennent deux bourdons et un chalumeau (on parle dans cette aire de hautbois). La cornemuse exposée au musée du Berry est un exemple de ce type de fabrication.

La céramique bornoise

A partir du XIXe siècle, l’activité céramique du canton d’Henrichemont se développe grâce à la présence de bois (combustible) et de terre à grès.

Le hameau de La Borne apparaît comme le lieu de production quantitativement le plus important. Au recensement de 1861, le village compte 498 habitants dont 55 se disent potiers, soit 35% de la population, ce qui représente l'activité professionnelle la plus importante. La production bornoise, majoritairement utilitaire, compte des saloirs, cruches, pichets, bouteilles, faisselles, mais également des tuyaux, faîtières, carreaux de sols… La diffusion des pièces peut être locale mais également plus large grâce à des transports fluviaux sur la Loire jusqu'à Nevers, Roanne ou Nantes ou terrestres vers la Corrèze et la Creuse.

A côté de la production utilitaire, La Borne a donné naissance à un art populaire singulier. Du XVIIIe siècle au XXe siècle, des potiers (Jacques-Sébastien Talbot, Marie Talbot…) ont décoré des bouteilles, des encriers, des fontaines de personnages ou en leur donnant une apparence humaine ou animale.

Arts et traditions populaires du Berry, Collections du Musée du Berry - Hôtel Cujas - Bourges, 2003, ouvrage édité par les Amis des musées de Bourges

Intérieur berrichon ; Femme près d'un berceau ; Tableau (1908.1.1 ; 3303 (Inventaire B); 128 (Inventaire E); 12301 (Autre numéro))
Intérieur berrichon ; Femme près d'un berceau ; Tableau (1908.1.1 ; 3303 (Inventaire B); 128 (Inventaire E); 12301 (Autre numéro)) | Intérieur berrichon ; Femme près d'un berceau ; Tableau (1908.1.1 ; 3303 (Inventaire B); 128 (Inventaire E); 12301 (Autre numéro))
La toilette de la communiante ; La communiante ; Tableau (1995.1.1)
La toilette de la communiante ; La communiante ; Tableau (1995.1.1) | La toilette de la communiante ; La communiante ; Tableau (1995.1.1)
Jeune vielleur savoyard jouant devant une famille berrichonne (1840) (1964.26.1)
Jeune vielleur savoyard jouant devant une famille berrichonne (1840) (1964.26.1) | Jeune vielleur savoyard jouant devant une famille berrichonne (1840) (1964.26.1)
Le maître sonneur sur les bords de la Creuse ; Tableau (1903.21.1 ; 2206 (Inventaire B)) | Le maître sonneur sur les bords de la Creuse ; Tableau (1903.21.1 ; 2206 (Inventaire B))
Limousine ; Manteau-collet-manches (1953.18.8)
Limousine ; Manteau-collet-manches (1953.18.8) | Limousine ; Manteau-collet-manches (1953.18.8)
Buffet-vaisselier (1957.18.3)
Buffet-vaisselier (1957.18.3) | Buffet-vaisselier (1957.18.3)
Rayon ; Vaisselier (1959.46.1)
Rayon ; Vaisselier (1959.46.1) | Rayon ; Vaisselier (1959.46.1)
Coffre plat (1974.14.1)
Coffre plat (1974.14.1) | Coffre plat (1974.14.1)
Table ; Banc ; Lot (1960.2.1)
Table ; Banc ; Lot (1960.2.1) | Table ; Banc ; Lot (1960.2.1)
Bénitier (1958.28.1)
Bénitier (1958.28.1) | Bénitier (1958.28.1)
Saloir ; Saloir (1963.19.2)
Saloir ; Saloir (1963.19.2) | Saloir ; Saloir (1963.19.2)
Pichet ; Anthropomorphe (1975.5.18)
Pichet ; Anthropomorphe (1975.5.18) | Pichet ; Anthropomorphe (1975.5.18)
Epi de faîtage ; Zoomorphe (1958.9.1)
Epi de faîtage ; Zoomorphe (1958.9.1) | Epi de faîtage ; Zoomorphe (1958.9.1)
Cornemuse ; Cornemuse "à trois voix" (1968.33.1)
Cornemuse ; Cornemuse "à trois voix" (1968.33.1) | Cornemuse ; Cornemuse "à trois voix" (1968.33.1)
Vielle à roue ; Boîte ; Lot (1996.12.1)
Vielle à roue ; Boîte ; Lot (1996.12.1) | Vielle à roue ; Boîte ; Lot (1996.12.1)