Musée Unterlinden

Place Unterlinden
68000 COLMAR

info@musee-unterlinden.com

+33(0)3 89 20 15 50

Heures d'ouverture

Mercredi – Lundi 9–18 h
Fermé le Mardi
1er Jeudi du mois 9–20 h

24/12 et 31/12 9–16 h
1/1, 1/5, 1/11/ et 25/12 : fermé

 

Oeuvre : Précisions - Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale | Musée Unterlinden

Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Retable de la Passion du Christ ; Retable du maître-autel de la collégiale
Auteur: 
Précisions concernant l'auteur: 
Mentionné à Colmar de 1432 à 1484

Technique et matériaux: 
Millésime de l'oeuvre: 
1465 achevé en

Commentaire: 
Le peintre colmarien Caspar Isenmann se voit confier en 1462 la réalisation de l’imposant retable qui doit orner le maître-autel de la Collégiale Saint-Martin. Les circonstances de cette commande sont documentées grâce à l’existence d’un contrat passé entre l’artiste et les représentants de la collégiale, un fait assez rare pour être souligné. Achevé en 1465, le retable est installé dans le chœur de Saint-Martin et y reste jusqu’en 1720, date de son effondrement accidentel. Un texte rédigé au verso du contrat de 1462 relate cet événement qui signe la relégation du polyptique gothique dans un emplacement moins prestigieux de la collégiale.
C’est par conséquent un ensemble incomplet qui est transféré en 1793 dans l’ancien collège des Jésuites de Colmar, devenu « Musée national ».

Der Colmarer Maler Caspar Isenmann wurde 1462 mit der Anfertigung eines beeindruckenden Altars betraut, der die Stiftskirche St. Martin schmücken sollte. Einzelheiten dieses Auftrags sind aus einem Vertrag zwischen dem Künstler und den Repräsentanten der Kirche bekannt– ein glücklicher und seltener Umstand. Der 1465 erworbene Altar wurde im Chor von St. Martin aufgestellt und verblieb dort bis zu dessen Einsturz 1720. Dieses Ereignis, das die Verbannung des gotischen Polyptychons an einen weniger glanzvollen Ort der Kirche nach sich zog, ist auf der Rückseite des Vertrags von 1462 erwähnt. Aus dem Text geht auch hervor, dass das Werk, das man 1793 in das „Musée national“ im ehemaligen Jesuitenkolleg transferierte, unvollständig war.

In 1462 the Colmar-born painter Caspar Isenmann was commissioned to make the large altarpiece to decorate the high altar of the collegiate church of Saint-Martin. The circumstances of this commission are known to us from the contract drawn up in 1462 between the artist and the representatives of the collegiate church. The altarpiece was completed in 1465 and installed in the choir of the church, where it remained until 1720, when the altar collapsed. A note written on the back of the contract mentions this event.
Consequently, the ensemble that was transferred to the former Jesuit college in Colmar, now a “national museum”, in 1793, was incomplete.