Musée d'Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes
 
 

Journées européennes de l'archéologie #archéorama

En 2020, le MUS participe pour la première fois aux  Journées européennes de l’archéologie. Dans le cadre de l'opération numérique #Archeorama, du 19 au 21 juin, les oeuvres du jour vous dévoileront une partie des collections archéologiques.

 

Du 19 au 21 juin 2020

# Vendredi 19 juin

 

 

Hache

 

Cette petite hache en silex emmanchée dans un bois de cerf est l’objet le plus ancien conservé dans les collections du MUS bien que découvert à Nanterre. Elle date du Néolithique moyen (4800 à 3500 avant notre ère), période où les Hommes se sédentarisent, pratiquent la culture, le façonnage de la céramique et travaillent la pierre en la polissant.

Exposée dès les premières présentations du musée de Suresnes et apparaissant dans le catalogue des œuvres de 1905, cet objet illustre la fascination des érudits locaux pour la préhistoire.

On retrouve à travers le manche en bois de cerf une matière dure facile à se procurer, sous forme de bois de chute ou bois de massacre et le silex, très présent aux alentours du lit de la Seine.

Le bois de cerf est largement exploité dès le Paléolithique supérieur, et trouve son apogée au Néolithique où on l’utilise pour façonner des harpons, des têtes de flèches, des pointes, des baguettes et des parures. L’art de sa taille persistera à l’époque gallo-romaine avec la tabletterie et au Moyen-Age et à l’époque moderne dans le décor de cornes à poudre ou la taille d’aiguilles.

Le bois de cerf prend ici place entre la lame en pierre polie et le manche en bois aujourd’hui disparu. Il sert à amortir les chocs qui pourraient fendre le manche tout en permettant l’inclusion d’une petite lame. On parle de moyen d’emmanchement indirect.

 

Pour en savoir plus :

- https://www.inrap.fr/periodes/neolithique

- https://webmuseo.com/ws/musee-suresnes/app/collection/record/1360?vc=ePkH4LF7w6yelGA1iBkw7uEeQk6OZqYmoCIGKZShiT2xKDnj8Mr8nPz0zFRonUlk6tLHE8AA32847g$$

 

 

 

# Samedi 20 juin

 

Lampe à huile gallo-romaine

 

Cette lampe à huile fait partie des collections anciennes du MUS réunies par les érudits locaux, notamment Edgar Fournier, à partir de 1890.

Comme souvent pour les collections de cette époque, le contexte de découverte n’est pas renseigné. Il peut s’agir d’une découverte fortuite : l’objet aurait été apporté à l’enseignant considéré comme un savant. On trouve également dans l’ouvrage de René Sordes la mention « d’une lampe en terre de type classique » découverte dans une tombe mise à jour place Henri IV.

La lampe à huile est utilisée pour l’éclairage à l’intérieur des bâtiments et des habitations. On lui préfère la torche en extérieur.

L’objet est ici en argile cuite composé d’un réceptacle fermé avec un trou en partie supérieure pour mettre de l’huile ou de la graisse animale et un trou au niveau du bec pour faire sortir la mèche enflammée. Ce modèle ne présente pas d’anneau de préhension. Les lampes à huile étaient des objets usuels produits en série par moulage. Les productions les plus prestigieuses sont en métal et parfois en pierre.

Le décor est porté par la face supérieure de la lampe : il s’agit ici d’un chien, vraisemblablement un lévrier. Les chiens sont très représentés dans le monde gallo-romain, sur les stèles funéraires ou en décor des objets domestiques. Il sont des compagnons de la vie quotidienne (chiens de chasse comme le lévrier d’Arrien, de garde, de berger), les petits chiens étant notamment très appréciés dans la haute société où on allait jusqu’à les parer des bijoux !

 

Pour en savoir plus :

- https://webmuseo.com/ws/musee-suresnes/app/collection/record/1357?vc=ePkH4LF7w6yelGA1iDEw7uEeQk6OZqYmoCIGKZShiT2xKDnj8Mr8nPz0zFRonUlk6tLHE8AA3dc46w$$

 

 

# Dimanche 21 juin

 

Coffret contenant des objets archéologiques

 

Ces objets archéologiques ont été offerts par la Ville d’Holon située dans le sud-Est de Tel Aviv à la Ville de Suresnes en 1960 : la dédicace « Au maire de la ville de Suresnes, en souvenir du jumelage de nos villes, le maire de la ville d’Holon” est présente sur le coffret.

En effet, Suresnes a été la première ville avec Marseille à se jumeler à une ville israélienne en 1960. Depuis 60 ans, se sont succédé les échanges artistiques, sportifs ou culturels entre les deux villes.

Les objets sont une coupe en terre cuite datant du IX au VIIè siècle avant notre ère et trouvée dans la région de Jérusalem, une cruche de la même époque provenant de la région de Beit Shaarim.

On trouve également une lampe à huile d’olive formée d’une coupelle à la lèvre pincée pour former un bec. Elle a été trouvée dans la région de Nazareth et date du VI au Vè siècle avant notre ère.

 

Enfin, une petite fiole en verre destinée à conserver des parfums ou des onguents dite “unguentarium” ou balsamaire est présentée. Elle est plus tardive, datant du Ier au IIè siècle de notre ère et originaire de la région de Bet Shaan.

 

Pour en savoir plus :

 - https://fr.timesofisrael.com/topic/archeologie/

- https://www.suresnes.fr/ma-ville/decouvrir/jumelage/

- https://webmuseo.com/ws/musee-suresnes/app/collection/record/3814?vc=ePkH4LF7w6yelGA1iLGFEkrKgqboxKLkjMMr83Py0zNToRUjkUlIH08oAgDMQDBa