Musée d'Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes
 
 

L'Affaire Dreyfus

Le bloc Dreyfus - Le Dieu Dreyfus
Le bloc Dreyfus - Le Dieu Dreyfus

L'Affaire Dreyfus a déchaîné l'opinion publique de 1894, date de l'accusation du Capitaine Alfred Dreyfus de haute trahison, et 1906, date de la proclamation de son innoncence par la Cour de Cassation.

 

A la fin du XIXè siècle, la France est hantée par sa défaite contre l'Allemagne lors de la guerre de 1870 et c'est toute la société qui est en crise. Les scandales comme celui de Panama - une affaire de corruption ayant éclaboussé des hommes politiques et des industriels français- ainsi que les révoltes anarchistes réprimées par les "lois scélérates" de 1894 fragilisent le régime.

En parallèle, on assite à une montée de l'antisémitisme porté par la nouvelle culture de masse véhiculée par le journaux et ouvrages. Les milieux anticapitalistes et chrétiens stigmatisent les Juifs en véhiculant une série de préjugés : parmi eux, Edouard Drumont publie en 1886 La France juive où, sous couvert d'un travail scientifique et nationaliste, il exhacerbe la haine envers cette confession.

Ses publications suivantes vont s'attacher à discréditer les officiers israélites, mettant en avant le nombre d'entre-eux issus de l'Ecole polytechnique : il y voit des traîtres en puissance pour la patrie.

 

C'est dans ce contexte fustigeant la confession juive qu'Alfred Dreyfus effectue sa deuxième année de stage l'Etat-major de l'armée. Brillant élève aux qualités remarquées par ses professeurs, il est sorti 9è de l'Ecole supérieure de guerre après ses études à l'Ecole polytechnique et à l'Ecole d'application de l'artillerie de Fontainebleau.

Il est originaire d'Alsace où son père a fait fortune dans la fabrication textile, sa femme Lucie Hadamard est elle-aussi issue d'un milieu juif fortuné et libéral.

 

Le samedi 13 octobre 1894, il est soudainement convoqué au Ministère de la Guerre le lundi suivant. Le chef d'Etat-major Armand du Patu de Clam lui dicte un texte qu'il doit écrire. Le capitaine Dreyfus est alors immédiatement arrêté pour haute trahison : son écriture serait la même que celle sur un bordereau volé à l'ambassade d'Allemagne par une femme de ménage complice de l'Etat français. Dreyfus serait un traître livrant des informations militaires à l'ennemi!

Alfred Dreyfus est transféré à la prison du cherche-midi malgré ses affirmations d'innocence. Il y reste pendant neuf semaines pendant lesquelles le Ministre de la Guerre le général Auguste Mercier confie à son adjoint le commandant Henry la fabrication d'un dossier contre le Capitaine. Le dossier secret est évidemment composé de faux.

 

La presse s'empare rapidement du scandale, notamment Drumont qui n'y voit que la matérialisation de ses théories antisémites. Peu défendent Alfred Dreyfus : Emile Bergerat sera le premier à s'élever contre cette condamnation publique préalable à toute forme de procès. Arthur Ranc, Bernard Lazare, le député Joseph Reinach tentent de faire entendre les droits élémentaires de l'accusé.

Dans ce contexte, s'ouvre le procès de 1894, à huis clos et devant le Conseil de guerre. Les charges sont faibles et les témoins peu nombreux laissent croire à un acquittement jusqu'au témoignage falacieux du commandant Henry et la transmission du dossier secret qui provoquent la condamnation à l'unanimité du Capitaine. Il est dégradé le 5 janvier 1895 à l'Ecole militaire de Paris devant une foule immense dont des journalistes : ses insignes militaires sont arrachées et son sabre brisé.

Alfred Dreyfus est transféré à la Prison de la Santé en attendant son exil en Guyane, aux Iles du Salut. En métropole, son frère Mathieu et Bernard Lazare cherchent à établir la vérité, soutenus par des écrivains comme Emile Zola puis par une presse de plus en plus impliquée en faveur de Dreyfus. L'opinion est peu à peu sensibilisée aux conditions de détention du Capitaine et des éléments jetant le doute sur la culpabilité sont révélés.

Après de nombreux rebondissements, la Cour de cassation lance le processus de révision du procès en octobre 1898. La révision comportera 29 audiences. Le 19 septembre 1899 Alfred Dreyfus est enfin libéré mais la haine continue de déferler sur les dreyfusards.

Le Musée des horreurs : une série d'affiches sur les protagonistes de l'Affaire

Illustration

Les défenseurs de Dreyfus sont violemment caricaturés par le dessinateur Victor Lenepveu qui les affuble de corps d'animaux sur 50 affiches.

Les journaux sur l'Affaire Dreyfus

Illustration

Tous les titres reprennent les rebondissements de l'Affaire Dreyfus au tournant du XXè siècle.

Les cartes postales de l'Affaire Dreyfus

Illustration

Qu'elles émanent des Dreyfusards ou des anti-Dreyfusards, les cartes postales ne cesseront de paraître pendant toute la durée de l'Affaire. Certaines séries présentées ici sont aujourd'hui extrêmement rares.