logo
Le Grand-Pressigny (37)

Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny

Bandeau d'illustration de l'espace WM : Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny
Voir le plan du parcours

Des maîtres-tailleurs de silex

Moule à beurre et nucléus "livre de beurre" ; © Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny ; © Conseil départemental d'Indre-et-Loire
Moule à beurre et nucléus "livre de beurre"
Additional information
© Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny ; © Conseil départemental d'Indre-et-Loire
Photo d'une des lames du dépôt des Ayez
Grande lame de livre de beurre, dépôt des Ayez (Barrou, Indre-et-Loire), collection Amis du Musée du Grand-Pressigny.
Additional information
© Laure-Anne MILLET-RICHARD ; © Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny
Photo d'une des lames du dépôt des Ayez
Photo d'ensemble d'un amas de débitage d'Abilly, Bergeresse
Vue générale d'un amas de débitage de livres de beurre (Bergeresse à Abilly, Indre-et-Loire)
Additional information
© Christian VERJUX ;
Photo d'ensemble d'un amas de débitage d'Abilly, Bergeresse
Photo de détail d'un amas de débitage d'Abilly, Bergeresse
Vue rapprochée d'un amas de débitage de livres de beurre (Bergeresse à Abilly, Indre-et-Loire)
Additional information
© Christian VERJUX ;
Photo de détail d'un amas de débitage d'Abilly, Bergeresse

Dans les fermes et les villages néolithiques du sud-Touraine où un silex de bonne qualité se trouvait aisément, tout le monde pouvait se fabriquer des outils en pierre pour travailler d’autres matériaux comme le bois, les peaux et les végétaux. À la fin du Néolithique (- 2800 / - 2400 ans), après plusieurs générations de tailleurs d’éclats et de lames, des artisans ayant développé un très haut niveau de savoir-faire ont découvert une nouvelle méthode pour obtenir des lames encore plus longues.

Cette méthode de taille, particulièrement adaptée au silex de cette région, a été appelée « livre de beurre » par les préhistoriens, à la suite des agriculteurs tourangeaux de la fin du XIXe siècle qui trouvaient ces curieux objets dans leurs champs. La ressemblance de ces pierres avec les pains de beurre de 500 grammes (soit 1 livre) que les paysans façonnaient dans les moules en bois aux bords crénelés a inspiré cette appellation.

Ces « livres de beurre » correspondent donc au nucléus* restant après le débitage des grandes lames.

Ces lames aux dimensions exceptionnelles, avec des longueurs comprises entre plus de 22 cm à presque 40 cm, étaient ensuite retouchées pour être transformées en de grands couteaux appelés poignards. De si longs objets n’étaient pas indispensables pour répondre aux besoins quotidiens, il s’agissait en fait d’objets de prestige, voire ostentatoires, principalement destinés à des groupes plus ou moins éloignés de la région de production. C’est ainsi que ces objets ont été diffusés dans de nombreuses régions françaises, mais aussi jusqu’en Suisse occidentale, en Allemagne et aux Pays-Bas, soit à plus de 900 km de la Touraine !

La production ayant largement dépassé les besoins locaux, il s’agissait donc d’un véritable artisanat, lié à des réseaux d’échanges organisés à l’échelle de l’Europe de l’Ouest. Le haut niveau de savoir-faire nécessaire à la fabrication de ces grandes lames permet de le qualifier de premier artisanat d’art de Touraine.

*Le nucléus, du latin signifiant « le noyau », correspond au bloc de pierre à partir duquel des éclats ou des lames (plus allongées que les éclats) ont été débités pour faire des outils (grattoirs, couteaux…). Il s’agit d’un déchet de fabrication.

Poursuivez votre découverte :

 La caractérisation du silex du Grand-Pressigny :

https://www.persee.fr/doc/racf_0220-6617_1986_num_25_1_2460

 

 

Musée départemental de la Préhistoire du Grand Pressigny

Moule à beurre (2011.015.0001)
Moule à beurre (2011.015.0001) | Moule à beurre (2011.015.0001)
Moule à beurre (2011.015.0002)
Moule à beurre (2011.015.0002) | Moule à beurre (2011.015.0002)
Nucléus à lames (2008.001.0001)
Nucléus à lames (2008.001.0001) | Nucléus à lames (2008.001.0001)
Nucléus à lames (2009.009.0005)
Nucléus à lames (2009.009.0005) | Nucléus à lames (2009.009.0005)
Nucléus à lames (2009.009.0009)
Nucléus à lames (2009.009.0009) | Nucléus à lames (2009.009.0009)
Lame (2002.481.0001)
Lame (2002.481.0001) | Lame (2002.481.0001)
Lame (2002.481.0003)
Lame (2002.481.0003) | Lame (2002.481.0003)
Poignard (2001.125.0008 ; C.11.588)
Poignard (2001.125.0008 ; C.11.588) | Poignard (2001.125.0008 ; C.11.588)
Poignard (2001.134.0001 ; CV.11.3326)
Poignard (2001.134.0001 ; CV.11.3326) | Poignard (2001.134.0001 ; CV.11.3326)

Il y a 5000 ans, les premiers artisans tailleurs de pierre, entre Touraine et Europe occidentale

Bifaces moustériens

Dans le sud de la Touraine et le nord du Poitou, la qualité du silex a favorisé la venue de groupes humains depuis le Paléolithique. Mais c'est à la fin du Néolithique qu'un artisanat très particulier s'est développé.

Qui possédait ces grands poignards en silex?

Illustration

Dans les villages, certains membres recevaient les poignards en silex tourangeau. Il ne s'agissait pas d'un outil destiné à chaque habitant.

Bibliograhie succincte

Illustration

Quelques pistes bibliograhiques

Des lames précieuses

Carte établie dans le cadre de la Prospection thématique sur la diffusion du silex du Grand-Pressigny sous la direction de Nicole Mallet (Centre d’Études et de Documentation pressignienne, Association des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny) par Stella Weisser (Association des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny) in Mallet, Pelegrin, Verjux 2019, p. 620.

De grandes lames appréciées dans toute l'Europe occidentale

Remerciements

Photo du musée prise le matin.

Le musée adresse ses remerciements aux personnes ayant contribué à cette exposition virtuelle