Musée d'Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes
 
 

Les projets en cours

 

L'itinérance de l'exposition temporaire "Aux origines du Grand Paris : 130 ans d'histoire"

Version itinérante de l'exposition présentée au MUS d'octobre 2016 à mai 2017, l'exposition « Aux origines du Grand Paris : 130 ans d’histoire en Ile-de-France »  a été coproduite par le MUS, l'Atelier international du Grand Paris et les Neuf de Transilie, association regroupant une quinzaine de structures patrimoniales en Ile-de-France.

Elle a pour objectif d’expliquer et de faire comprendre à un public large et diversifié le développement et les enjeux du projet de Grand Paris actuel à travers une approche historique et chronologique. Elle a vocation à voyager dans toute l’Ile-de-France de septembre 2017 à décembre 2020. C’est une « exposition clef en main », prête à être présentée, louable par des structures culturelles et patrimoniales.

L’exposition « Aux origines du Grand Paris : 130 ans d’histoire en Ile-de-France » elle se compose de :

-          14 panneaux autoportants roll-up de format 80 x 200 cm

-          6 objets totem (coll. MUS, Neufs de Transilie et coll. particulière)

-          5 multimédias (3 films et 1 diaporama)

-          1 carte au sol

Pour plus de renseignements, vous pouvez télécharger le dossier de présentation ci-dessous.

La restauration de la mappemonde de l'Ecole de plein air

 

La souscription a d'ors et déja réuni 11 421 €, merci !

Pour sauvegarder le Globe de l’Ecole de Plein Air, construite entre 1932 et 1935 par les architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods, le MUS et la municipalité de Suresnes font appel à votre générosité grâce à une collecte de fonds via la Fondation du Patrimoine 

Lancement du marché de travaux

Suite aux résultats des examens de surface et analyses structurelles de la mappemonde, un cahier des charges d'interventions a été défini par l'architecte du patrimoine.

A l'été 2017, un marché public est en cours de passation pour désigner les entreprises en charge du nettoyage, du traitement, de la consolidation et de la remise en couleurs du monument.

Premières analyses avant le début des travaux

Les premières analyses de la mappemonde monumentale de l'Ecole de plein air ont démarré mi-mars 2016, afin de préparer au mieux sa restauration.

Le projet de restauration de cet élément classé est accompagné par le Service territorial de l'architecture et du patrimoine (STAP) qui est un service de l'Etat en charge des Monuments Historiques. Afin de donner à la Ville de Suresnes l'autorisation d'intervention sur un monument appartenant à l'Etat, une étude approfondie de l'état du globe est exigée. 

La Ville de Suresnes a donc fait appel au cabinet d'architectes du patrimoine Atelier 27  pour effectuer une analyse approfondie de la surface du béton et de sa structure.  C'est une étude très intéressante et pleine de surprises qui a été menée !

Grâce au service municipal des parcs et jardins de la Ville de Suresnes, l'accès au globe est facilité par l'enlèvement de la haie végétale.

Tout d'abord, ces architectes spécialistes accompagnés de la restauratrice du patrimoine Justine Sacleux ont cherché à comprendre la structure globale du monument : en effet, cette sphère présente une architecture interne complexe visible par une trappe située en partie basse. On y découvre un poteau central en béton armé d'où partent des tirants métalliques. Le globe est composé de huit quartiers assemblés par des profilés en fer. Ses quartiers sont rigidifiés par des armatures métalliques.

Une étude historique a permis de comprendre sa construction : la sphère a d'abord été érigée, puis la rampe d'accès a été mise en place afin de modeler les continents en relief.

Les fondations ont été mises à jour à 1,20 mètre de profondeur sous forme d'un disque de béton.

Après un passage de biocide pour enlever les mousses et les lichens qui gênent la lisibilité, les équipes ont tout d'abord effectué des relevés précis des dégradations (perte des reliefs, fissures, oxydation, coulures et tags) : c'est l'étape du constat d'état.

Le laboratoire spécialisé BPE est ensuite venu sonder les armatures métalliques qui maintiennent la sphère en y faisant passer un courant électrique : il s'agit de la méthode Ferroscan qui offre une cartographie en couleur des dégradations pour cibler leur traitement.

Le résultat de ces examens a permis de dégager plusieurs éléments :

-les fondations enterrées sous le globe sont en bon état

-des infiltrations ont eu lieu à l'intérieur du globe provoquant des coulures sur le béton et une carbonatation ainsi qu'une oxydation des fers

-les armatures qui servaient à maintenir la rampe pour monter autour du globe sont très abimées

-le décor peint présente des concrétions de calcite, c'est à dire de calcaire déposé par le ruissellement des eaux de pluie

-le béton à la surface est fissuré.

 

Un long travail de consolidation va être entamé suite aux résultats de ces examens.