logo
Issoudun (36)

Issoudun - Musée de l'Hospice Saint-Roch

Bandeau d'illustration de l'espace WM : Issoudun - Musée de l'Hospice Saint-Roch
Numéro d'inventaire : 
D.27.1.45

Domaine : 
Dénomination : 
Appellation : 
Statut juridique : 
Date de dépôt : 
1927

Collection : 
Epoque - Style : 
Auteur : 
Précisions concernant l'auteur : 
Cet artiste, recensé comme menuisier parmi les registres de capitation des archives municipales habitait dans la Grande rue du quartier saint-Jean de 1709 à 1719.

Rôle de l'auteur : 
Lieu de création : 
Millésime de l'oeuvre : 
1714

Période (siècle ou millénaire) : 
Utilisation - Fonction - Destination : 
Précisions sur l'utilisation : 
A l’Hospice des incurables puis dans la salle des hommes de l’ancien hôtel-Dieu

Lieu d'utilisation : 
Millésime d'utilisation : 
1714 entre ; 1875

Représentation - Iconographie : 
ange; angelot; vierge

Précisions sur la représentation : 
4 petits placards en soubassement
(manque 2 placards partie centrale)

Technique et matériaux : 
Description en langage naturel : 
2 grands anges encadrent une niche centrale ornée d’une vierge surmontée d’un entablement portant deux angelots. Quelques parties manquantes ont été restituées, le maître-autel, les supports de colonnes. Les lignes de l’architecture, au décor de faux-marbre dans la niche centrale, sont équilibrées par la sculpture des anges aux formes sinueuses, aux plis souples et élégants, peints en or et argent.

Inscriptions - Marques : 
signature de l'exécutant ;
date

Dimensions : 
H. 310 cm ; l. 344 cm ; P. 36 cm

Ensemble : 
Numéro de renvoi vers autre objet : 
D.27.1.28 (1)

Observations-Commentaires : 
En 1662 un Edit royal ordonne la création d’un hôpital général de la Charité dans chaque ville. Le conseil des échevins d’Issoudun, deuxième commune du Berry après Bourges, créé ainsi en 1676, l'Hospice du Saint-Enfant-Jésus. Il seconde l’hôtel-Dieu destiné à l’accueil des pauvres qui faisait face à une demande croissante de malades, d’orphelins et de mendiants. En 1682, par lettres patentes du roi Louis XIV l’établissement est officiellement reconnu pour recevoir les « pauvres affligés d'écrouelles, teigne, cancer, épilepsie". D'importants dons et legs garantissent son bon fonctionnement et autorisent la réalisation de cet important retable baroque.