Musée d'Art Gustave Fayet à Fontfroide
logo de cet espace hébergé sur la plateforme Webmuseo

Actualités flux RSS

Ils ont dit de lui...

Dernière mise à jour : 22/03/2017

Un artiste de haut mérite...Il se nomme Gustave Fayet, il était inconnu hier, il sera célèbre demain quand on aura vu ses œuvres.
Gustave Geffroy, 1923

...cet homme infatigable, réellement magnifique... Parmi ses occupations d'architecte, d'industriel, de financier, de vigneron... Il ne cessait de regarder le ciel...
Louis Vauxcelles, 1925

 

Le ferai-je aimer de ceux qui ne l’ont pas connu ? Car le chérir, c’était le connaître… quand il s’avançait, la tête en arrière, sous le large chapeau de feutre, et la poitrine au vent, il semblait un navire de haut bord… Gustave Fayet, sous mes yeux, ne s’est pas arrêté un instant dans sa marche ; il allait toujours à quelque lumière nouvelle, sur une route moins commune, vers une hauteur plus isolée.

André Suarès, à la mort de Gustave Fayet

 

Vous peintre….

Lettre de Paul Gauguin à Gustave Fayet, 1902

 

Il fut du midi autant que personne.

André Suarès, In memoriam Gustave Fayet, 1925

 

On aime la peinture japonaise… et on n’irait pas au Japon, c’est-à-dire ce qui l’équivalent du Japon, le midi ? Je crois donc qu’encore après tout l’avenir de l’art nouveau est dans le midi.

Vincent Van Gogh à son frère Théo, Lettre 500, des Saintes Maries de la Mer

 

Les meilleurs hommes de Septimanie et de Provence conçoivent naturellement la vie comme une œuvre d’art, et mènent la leur en artistes. Voilà ce qui me plaisait fort dans mon ami.

André Suarès, In memoriam Gustave Fayet, 1925

 

Je ne passerai pas dans votre région sans aller vous voir, vous, les Van Gogh, les Gauguin…

Odilon Redon, Lettre à Gustave Fayet, 1904

 

Il a tout fait avec art.

André Suarès, In memoriam Gustave Fayet, 1925

 

Gustave Fayet fut un très rare artiste.

Louis Vauxcelles, 1925

 

Qu’elles furent puissantes les fermentations spirituelles durant mes longs séjours à Fontfroide ! Que de rêves ! Que de formes étranges entrevues et aussitôt évanouies durant les interminables nuits d’hiver, et les somnolences des heures brûlantes de l’été !

Gustave Fayet cité par René-Louis Doyon, 1924

 

À Igny, M. Fayet ne se prodigue pas… qu’importe, le décorateur, le coloriste, l’artiste n’est-il pas partout présent ?

Jean-Gabriel Goulinat, 1925

 

Fontfroide, aujourd'hui, reste sous son emprise, sous son influence

Jacques Maigne, Libération, 2009

 

Je connaissais depuis longtemps l’histoire de Fontfroide et le rôle qu’a eu Gustave Fayet dans le sauvetage et la restauration de l’abbaye, mais c’est seulement en 2008, à l’occasion des célébrations du centenaire de l’acquisition de l’abbaye, que j’ai découvert l’homme et l’artiste extraordinaire qui était à l’origine de cette histoire exemplaire.

Jordi Savall, Préface à l’édition de Mirèio Mireille, 2009, Actes Sud

 

Fayet a tant de goût

Ricardo Viñes, 1911

 

Avec un art, un à-propos, Gustave Fayet refit de Fontfroide une magnifique abbaye

René-Louis Doyon, 1924

 

Fontfroide : les eaux y sont glacées, mais les cœurs y sont de flammes

Déodat de Séverac, 1910

 

Les tapis de Gustave Fayet… J’y trouve le délice de l’adorable dissonance

André Suarès, 1924

 

Fayet peint des cyprès proches de ceux que Böcklin a plantés sur son îl des morts

Harry Bellet, Le Monde, 19-20 juillet 1998

 

Ces soixante-treize planches, épurées, vigoureuses, estampes japonaises sombres où perce l’influence de Van Gogh, révèlent une force intérieure, ces « mystères de l’âme » chers aux idoles de Fayet, Paul Gauguin ou Odilon Redon.

Jacques Maigne, Libération 2009, à propose de l’édition de Mirèio Mireille, Actes Sud

 

Sauf Redon en ses pastels, je ne vois guère que Fayet en ses tapis, qui ait inventé d’aussi beaux paysages cérébraux

Louis Vauxcelles, 1925

 

Fayet fait du blanc et du noir, savant et fantastique, comme Odilon Redon son grand ami

André Suarès, 1925